La Généralisation De L'escroquerie Au Prêt

La Généralisation De L'escroquerie Au Prêt

Avec l'avènement du prêt entre particuliers sur le territoire français, un ingénieux type d'escroquerie s'est développé sur la toile en circulant sur les espaces 2.0 et sur les messageries électroniques : de prétendus prêts en ligne délivrés en un rien de temps, sans aucun apport, avec 0 garanties et par des individus qui disent être des investisseurs particuliers. Il s'agit bien sûr d'une arnaque, mais la masse de messages sur pages permet d'imaginer l'importance de la situation. Ainsi, beaucoup de particuliers sont tombés dans le piège à cause cette escroquerie.

La méthode de l'entonnoir

Attirer l'attention de la cible avec une proposition de financement séduisante

L'arnaque au crédit est présentée sous la forme d'un scénario plus ou moins crédible. Du point de vue de notre escroc, il s'agit d'une étape importante car il sait que la réussite de sa tromperie est en partie due à la croyance ou non en son histoire. S'il veut appâter la plus grosse quantité de personnes possibles, il écrit et publie une fausse annonce sur des plateformes à large fréquentation tels que Facebook ou Twitter. Certains posts populaires ne modèrent pas assez les pages de commentaires visibles par tous les visiteurs, ce qui en fait un terrain préféré des escrocs.

Concrètement, l'escroc se présente comme une personne disposant d'un capital qu'elle voudrait faire fructifier en accordant des prêts avec un taux très faible. Quelques fois, il prend l'identité d'un retraité qui souhaite s'affranchir de la Banque dans le but de montrer l'image d'une personne philanthropique visant à d'améliorer la société. Ce procédé suit une logique bien précise : jouer sur la détresse financière des personnes faibles en expliquant qu'un prêt est toujours possible, même sans conditions de ressources. Il se dit prêt à leur octroyer un prêt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois la demande validée, le faux prêteur promet d'envoyer l'argent très rapidement avec des mensualités pouvant s'étaler jusqu'à plusieurs dizaines d'années.
S'il est incontestable pour la plupart des individus que des offres de ce type semblent inconcevables, il n'en reste pas moins que des personnes faisant face à des problèmes financiers peuvent se laisser berner à cause de cette promesse d'argent rapide qui les aveugle.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur internet, tout le monde peut inventer une identité avec un tant soit peu d'imagination. C'est de cette façon qu'agissent Les arnaques au crédit conso rapide arnaqueurs au crédit qui créent intégralement un faux personnage qui viendra appuyer leur scénario. Pour commencer, ils s'efforcent à donner une identité française à leur personnage. Exit donc les noms ou prénoms exotiques qui auraient tendance à faire fuir certains. La cible doit avoir le sentiment que le prêteur vit sur le même territoire qu'elle. Dans un script bien structuré, notre escroc peut se transformer en une personne âgée ou jeune retraitée. Certains vont jusqu'à demander des fiches de paie à la future victime, d'autres préféreront lui demander de donner des réponses à des questions sur son emploi. Pour hausser un peu plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à concevoir plusieurs profils avec lesquels il mettra en ligne de faux avis qui viendront faire l'éloge de l'annonce.

Accepter toutes les demandes

Lorsque la victime est convaincue du sérieux de son interlocuteur, notre faux prêteur peut directement passer à l'action. Il lui explique alors qu'il donnera suite à sa demande de crédit, mais requiert en retour le versement de certains frais par mandat pour boucler la procédure. Ces frais peuvent s'élever à plusieurs centaines d'euros et viennent compenser la durée passée par le faux prêteur à analyser la demande. Ces frais sont, selon-lui, obligatoires pour débloquer l'argent. Si la victime se plie à cette exigence, l'escroc lui demandera ensuite de verser une cotisation obligatoire d'assurance emprunteur. Sauf que, la victime ne recevra jamais son prêt et notre escroc récupérera l'argent avant de disparaître de la circulation.


Comment se prémunir contre de telles pratiques ?

Tout le monde en France n'a pas l'autorisation pour proposer un emprunt et le crédit entre particuliers est une activité encadrée. Si un individu ou une organisation fait la promotion de services financiers par le net, ce site est dans l'obligation de publier ses mentions légales ainsi que les conditions générales. Pour obtenir le statut d'établissement de prêt, un organisme doit posséder un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une immatriculation au registre ORIAS. Chaque site de prêt entre particuliers doit impérativement posséder ces agréments, dans le cas contraire, il s'agit clairement d'une tentative d'escroquerie.

De plus, il ne faut pas ignorer que les délais pour obtenir un crédit ne sont pas si rapides et qu'il faut compter environ une quinzaine de jours avant de recevoir les fonds sur son compte. Et même si un particulier était en possession de capital à placer de cette façon, il analyserait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de choisir les plus solides.
En temps normal, un établissement financier n'accorderait jamais un quelconque crédit (immobilier, personnel ou à la consommation) à un demandeur fiché à la Banque de France concernant des incidents de paiement.